Nous repartons du lago General Carerra avec de belles images plein la tête.

La prochaine escale est à villa Cerro Castillo où on peut voir des peintures rupestres et si la météo le permet randonner un peu.

Nous rentrons dans une zone de forêt humide avec une végétation que nous n’avions pas encore rencontrée. Fuchsias, rhubarbe géante, fougères épiphytes…

 IMG_4461

IMG_4781 IMG_4857 IMG_4884IMG_5019  IMG_5090

La route repart ensuite vers l’est et son climat un peu plus sec. On fait escale à villa Cerro Castillo.

IMG_4493

IMG_4488IMG_4462  

oies cauquenes reales

IMG_4449

Le site de peintures rupestres est nettement moins impressionnant que la cueva de los manos visitée quelques semaines auparavant, mais c’est émouvant quand même.

IMG_4480 IMG_4478

Le village tient son nom de la montagne qui domine et dont la silhouette rappelle celle d’un château.

Une belle lagune se trouve au pied du Cerro Castillo mais après examen, il y a pas mal de dénivelée et aucun vrai sentier direct n’y mène.

Du coup, si la météo est bonne, seul Joël montera et je ferai l’école avec les enfants au village.

Le ciel s’étant dégagé dans la nuit, Joël part tôt en ligne droite vers le cerro Castillo, avec en mémoire quelques indications approximatives d’un gars du coin.

IMG_4494

Dès le début, les obstacles, barrières, bosquets impénétrables se présentent et je (Joël) tourne un peu en rond.

Je crois pouvoir être renseigné par 3 carabineros qui surgissent et qui eux aussi ont pour mission de monter au plus vite à la lagune pour secourir une israélienne blessée par une pierre et qui a passé la nuit dans le froid là-haut avec un ami. Malheureusement, ces carabineros ont du mal à lire leur semblant de carte et n’ont aucune idée par où attaquer le versant. Ils disparaitront dans une direction qui me paraissait très douteuse. Je ne les reverrai plus de la journée et je n’ai pas l’impression qu’ils aient atteint la lagune…

Puis j’accède à des zones de bois et clairières où on peut progresser à un bon rythme. Mais vient ensuite une ultime partie boisée (200m de dénivelée) bien pénible où alternent vieille forêt dégagée à ambiance mystique (plein de lichens sur les troncs) et jeune forêt où les troncs sont espacés de 30 cm. C’est le combat et le soulagement quand j’arrive à l’étage minéral.

Une heure de marche dans les éboulis et la crête est atteinte, le panorama est vraiment beau avec le cerro Castillo, les glaciers et un lac turquoise en pied.

 IMG_4506 IMG_4530

IMG_4567

IMG_4620 IMG_4631

Je profiterai quelques heures du coin, redescendrai en bord de lagune avant de repartir vers la forêt dense.

La-haut, je n’aurai ni vu l’israélienne ni les carabineros qui ont dû être moins persévérants que moi pour franchir la forêt.

A la redescente, je me pose un peu pour observer les petits oiseaux du coin :

IMG_4704

IMG_4666 IMG_4685

IMG_4673 

A peine le temps de m’enlever les chaussures de montagne qu’on reprend la route pour se rapprocher de Coyhaique. Mais nous apprenons que Claudia et Chago sont missionnés loin de chez eux et qu’on ne les verra probablement pas. Nous sommes bien déçus.

Nous arrivons le lendemain à Coyhaique et notre mission du jour est, en plus des courses, de trouver un réparateur de frigo. Après plusieurs échecs (les réparateurs ne savent pas comment fonctionnent les frigos à ammoniac utilisés dans les camping-cars) on atterrit chez Ronald.

Le diagnostic est difficile à établir d’emblée mais après deux jours de tests divers, le verdict tombe! Il faut le changer car il y a une fuite d’ammoniaque dans le circuit…

Par chance, Ronald stocke depuis 7 ans dans son arrière boutique un petit frigo du même type et propose de nous le donner s’il peut le faire fonctionner. Ronald s’avère très compétent, et très intéressé et persévérant pour bricoler ce vieux frigo en lui adaptant tout le système de contrôle électronique de notre frigo en rade. Quelques subtilités compliquent la tâche mais après 4 jours devant sa boutique, le nouveau frigo est prêt.

Ronald aura été super sympa avec nous. On profitera de sa connexion WIFI, de son électricité, de ses outils pour bricoler un meuble adapté pour le nouveau frigo plus petit. Du coup on gagne 2 étagères dans la cuisine pour mettre la nourriture (avant, elle était dans la chambre des garçons !). On est plutôt content.

Ronald nous invite ensuite chez lui. On découvre sa maison, ses enfants (ados-jeunes adultes) et sa femme…  En fin de soirée, en retournant dormir dans le camping-car, on se regarde avec Joël. On a le sourire et on pense à la même chose : Que cette famille était belle à voir, quelle bonne humeur et quelle complicité! Toute la soirée les enfants et les parents ont ri ensemble, ri et discuté avec nous…

Les trois fils poursuivent des études. Or le coût des études est très élevé au Chili. Mais Ronald sera un des seuls chiliens croisé qui ne se plaint pas vraiment du système. Il estime qu’il y a suffisamment de bourses allouées pour les meilleurs élèves et que ceux qui travaillent fort peuvent en obtenir. Ainsi, en vivant humblement et en travaillant dur, lui et sa femme arrivent à financer les études de leurs 3 enfants.

Le jour de notre départ, Ronald n’ira pas travailler. Il restera avec nous et sa famille qui découvre l’intérieur du camping-car et les jeux français.

Il bricolera aussi nos vélos qui avaient été un peu malmenés.

IMG_4772 IMG_4774

Quelle belle rencontre!

Mais ce ne sera pas la seule à Coyhaique.

Pendant qu’on traficote dans le Camping-car à installer le frigo, une femme se pointe droit vers Joël et lui demande : en espagnol : “c’est toi Joël?” On ne la connaissait pas du tout, on ne l’avait jamais vu…

Joël répond : Oui

Elle s’exclame “ Je suis Claudia! la sœur de Carola !!! “

Sa mission loin de Coyhaique avait été écourtée et elle avait reconnu le camping-car décrit par sa sœur.

Le soir même on était invité chez eux à manger ! Et finalement, on ira dans leur maison secondaire passer le week-end au bord du lago Frio. Descente vers la maison au bord du lac et la maison :

IMG_4718 IMG_4726

Claudia et Chago sont adorables et ont plein de choses à raconter, notamment la vie étudiante et engagée de Chago sous l’ère Pinochet…

Ils s’intéressent également beaucoup au vin et on déguste deux bouteilles tous les soirs.

Les enfants les apprécient beaucoup et se sentent vite en confiance tant Claudia les cajole.

DSCF4423 DSCF4444 IMG_4739 IMG_4712

Claudia (décorée par Iban sur la 2nde photo) et Chago.

IMG_4728 IMG_4737

A près l’épisode du lago Frio, on ne pensait plus se revoir mais finalement le lendemain soir, on se fait un dernier repas ensemble et on se rend compte qu’il y a des points communs professionnels entre les deux hommes :

DSCF4461

Bon, allez, je vous écris le titre du document : “Mécanique des sols appliquée au génie civil”!!!

Cette coïncidence fera bien rire Joël. Chago suggèrera ensuite à Joël de travailler au Chili (où les géologues sont beaucoup mieux payés qu’en France – jusqu’à 7 fois plus dans le domaine minier!!), mais non merci, nous rentrons en France fin Août.

Iban aura eu son petit moment de plaisir dans la chambre d’Andrès :

DSCF4458

Nous remercions chaleureusement Claudia et Chago pour leur accueil et espérons les voir un jour chez nous en France. Peut-être avec Carola (la soeur) et Pedro qu’il nous tarde de retrouver quand nous atteindrons Valparaiso dans un mois environ.

On quitte finalement Coyhaique au début d’une grosse paralysie de la région par la population mécontente du gouvernement de droite. Le blocus durera plusieurs semaines avec des pénuries sérieuses en alimentation et carburant. Les forces de l’ordre sont intervenues violemment et le gouvernement n’a pas marqué des points lors de cet épisode. Mais le président Pinera, milliardaire, est un homme qui a bâti sa fortune sous Pinochet quand certains membres de sa famille étaient au gouvernement et on peut penser qu’il ne s’intéresse pas trop au social…

La route vers le nord va nous amener vers une des régions les plus humides de la planète mais passionnante à découvrir. Ce sera dans le prochain article…